Amr Abdel-Ghaffar

M. Abdel-Ghaffar est un haut fonctionnaire de l’OMT possédant plus de 30 ans d’expérience dans les domaines de la formulation de politiques et de stratégies de tourisme et de la gestion de plans et de projets de développement, particulièrement au Moyen-Orient, région dont il a la responsabilité, en sa qualité de Directeur de l’Organisation, depuis 1992. 

Au cours de la période 1994-2005, laquelle a été marquée par une expansion rapide du nombre de Membres et des activités de l’OMT, il a été chargé de coordonner la préparation et l’exécution de six programmes généraux de travail successifs de l’Organisation et de mettre en place un nouveau système d’évaluation de l’impact. En 2006, il s’est vu confier la responsabilité de concevoir le nouveau programme de l’Organisation Évaluation des risques et gestion des crises, d’en mettre au point la structure de gouvernance, les systèmes et les modes opératoires, ainsi que de mobiliser des ressources financières externes pour lui permettre de voir le jour. En 2008, il a été nommé Président de la Fondation Thémis de l’OMT pour l’éducation et la formation au tourisme et chargé de restructurer le programme de l’Organisation dans ce domaine. En 2012, le Secrétaire général l’a désigné pour être le Correspondant de l’Alliance des civilisations de l’Organisation des Nations Unies à l’OMT puis l’a nommé, en janvier 2014, Conseiller principal du Secrétaire général pour le tourisme et la paix. 

Tout au long de sa carrière au sein de l’Organisation, M. Abdel-Ghaffar a assumé une multitude de responsabilités, notamment aux fonctions suivantes :

-    Secrétaire exécutif des Membres affiliés (représentant les secteurs d’affaires, éducatifs et opérationnels, 1991-1993)

-   Chef des Conférences (1990-1994)

-   Chef des relations avec les États membres (1986-1989)

-   Chef de la section opérationnelle Europe et Amériques (1982-1986)

-   Responsable de la coordination des activités régionales (1977-1981)

M. Abdel-Ghaffar est titulaire d’une licence en Sciences politiques et économie et d’une maîtrise en Relations internationales de l’Université américaine du Caire.